NGC 7502

NGC 7052 le 04 août 2018

C11 Edge HD, réducteur de focale Célestron x0.72, ATIK 4000 MM, Paramount ME

Logiciels CCD AP, MaximDL et Pixinsight (toujours pas de Photoshoping)

Poses unitaires de 150 secondes. 9 poses en filtre L, 10 R , 9 B et 10 G 

Résolution de 0.78"

NGC 7052 (= PGC 66537 = GC 4653 = JH 2112) a été découverte le 10 septembre 1784 par William Herschel et fut également observée le 5 septembre 1828 par John Herschel. Il s’agit d’une galaxie elliptique de magnitude 13  de type E D ~ dans le Petit Renard (Vulpecula) située à 191 millions d'années-lumière de la Terre

 

Per Dreyer, la décrit comme "pâle, petite, très peu étendue, marbrée mais non résolue". Sa taille apparente est de 1.7 x 0.8 arcmin. Il s’agit d’une radiogalaxie de type FRI (radiogalaxie dont le maximum de luminosité est plus proche du noyau que de ses extrémités, le bord extérieur étant donc plus sombre).

Pourquoi s’intéresser à une galaxie si petite ?

 

Cette image de Hubble de la NASA prise à la caméra à champ large permet de mieux comprendre : elle montre des détails avec une résolution de l’ordre de 50 années-lumière (sur une galaxie, je vous le rappelle, située à 191 millions d’années-lumière !). On peut notamment y voir un disque de poussière d'un diamètre de 3 700 années-lumière, qui entoure un trou noir de 300 millions de masse solaire.

 

Ce disque, qui est peut-être le vestige d'une ancienne fusion de galaxies, sera englouti par le trou noir dans plusieurs milliards d'années.

Comme quoi, l'image "Ground" ne me pousse pas à aller faire 3H d'exposition 

Le spectrographe Faint Object de Hubble (remplacé par le spectrographe STIS en 1997) a été utilisé pour observer les raies d'émission d'hydrogène et d'azote du gaz dans le disque, et montrent que le disque tourne à 155 kilomètres par seconde à 186 années-lumière du centre. Elles fournissent donc une mesure directe de la force de gravitation du trou noir sur le gaz. Bien que 300 millions de fois la masse de notre Soleil, ce trou noir ne représente pourtant toujours « que » 0,05% de la masse totale de la galaxie. Malgré sa taille, le disque est 100 fois moins massif que le trou noir. Pourtant, il contient suffisamment de matière première pour former trois millions d’étoiles semblables au soleil.

 

La petite tache lumineuse au centre du disque correspond à la concentration stellaire autour du trou noir central. Il s’avère d’ailleurs qu’elle est bien corrélée - dans le cadre de NGC 7052 - aux modèles théoriques liant la densité stellaire galactique à la masse de son trou noir central.

NGC 7052 est une source importante d’émissions radio : elle possède deux "jets" de direction opposée émanant du noyau. (Les jets sont des flots de électrons énergétiques se déplaçant dans un champ magnétique puissant et libérant de l'énergie radio par rayonnement synchrotron). Mais les jets de NGC 7052 ne sont pas perpendiculaires au disque ni alignés entre eux ; il semblerait que le trou noir et le disque de poussière de NGC 7052 n’aient pas une origine commune. Une hypothèse est que ces poussières aient été acquises lors d’une fusion avec une galaxie, après la formation du trou noir.

 

L’étude de NGC 7052 à travers son gaz ionisé dans les deux publications rapportées ci-dessous a par ailleurs permis de vérifier les modèles théoriques expliquant les inclinaisons des jets d’émissions des radiogalaxies par rapport aux plans de leur disque, mais n’a pas permis de valider de relation entre la masse d’un trou noir central et les observations dans le proche IR ou en luminosité (cf. étude de Driver et al. ci-infra).

Sources :

 

Le papier sur le trou noir central : Evidence for a 3 × 10^8 M ⊙ black hole in NGC 7052 from HST observations of the nuclear gas disk. R. P. van der Marel & F. C. van den Bosch. Submitted to The Astronomical Journal on April 19, 1998

 

Ionized gas in E/S0 galaxies with dust lanes. I. Finkelman, N. Brosch, J.G. Funes, A. Y. Kniazev & P Vaisanen. Mon. Not. R. Astron. Soc., 407, 2475-2500 (2010/October-1)

 

Testing the FR I/BL Lac unifying model with HST observations. A. Capetti & A. Celotti. Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, Volume 304, Issue 2, 7 April 1999, Pages 434–442.

 

The near-IR Mbh–L and Mbh–n relations. M. Vika, S. P. Driver, E. Cameron, L. Kelvin & A. Robotham. Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, Volume 419, Issue 3, 21 January 2012, Pages 2264–2292.

 

 

Et un papier plus ancien :  Dynamics of the nuclear gas and dust disc in the E4 radio galaxy NGC 7052. F. C. van den Bosch a R. P. van der Marel. Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, Volume 274, Issue 3, pp. 884-898.

Page créée le 25/01/2019