NGC 6811, l'amas au trou

NGC 6811 Jean-Brice GAYET

NGC 6811, nuit du 18 mars 2019. Rowe, Nouveau Mexique

Planewave CDK12.5. SBIG STF 8300 MM. Paramount ME II.

Poses unitaires de 300s sans suivi. 14 L 8 R 5 B 12 G.

Suivi et acquisitions par TheSkyX uniquement.

Traitement PixInsight exclusif.

 

Image Plate Solver script version 5.1.1

===============================================================================

Resolution ........ 0.44 arcsec/px

Rotation .......... 179.508 deg

Focal ............. 2535  mm

Pixel size ........ 5.40 µm

Field of view ..... 24' 22.0" x 18' 14.0"

 

Image center ...... RA: 19 37 18.033 Dec: +46 23 05.85

Image bounds:

top-left ....... RA: 19 36 08.039 Dec: +46 13 51.26

top-right ...... RA: 19 38 28.996 Dec: +46 14 04.24

bottom-left .... RA: 19 36 06.679 Dec: +46 32 04.71

bottom-right ... RA: 19 38 28.423 Dec: +46 32 17.76

===============================================================================

 

NGC 6811(= GC 4505 = JH 2044, 1860 RA 19 33 59, NPD 43 44,8) a été observé pour la première fois par John Herschel le 29 août 1829 et a été ajouté à son catalogue général des nébuleuses et des amas en 1864. Per Dreyer en donne cette description : "un amas, grand, assez riche, un peu comprimé. Etoiles de magnitude 11 à 14". Il appartient à la constellation du Cygne.

 

De taille angulaire égale à la moitié de celle de la Pleine Lune, il comprend environ 1000 étoiles de magnitudes sensiblement similaires. Il est également appelé "l’amas au trou " en raison de son centre sombre.

 

Sa classification Trumpler est de type III 1r ("un amas riche avec des étoiles également brillantes sans concentration centrale notable"). Les étoiles ont cependant une distribution inhabituelle (sinon concentrée), avec une couronne apparente entourant le centre, laissant l’impression d’un trou. Il est d’ailleurs souvent décrit comme un "cercle d'étoiles" ou "un masque orné de bijoux qu'une femme pourrait porter lors d'un bal masqué" en observation visuelle (ce qui n’est pas évident sur ma photo).

 

NGC 6811 se trouve loin du plan galactique, une caractéristique commune à beaucoup d'autres amas ouverts anciens. Il est distant de 1107 ± 90 parsecs, large de 14 à 20 années-lumière et présente une luminosité totale de 2100 soleils.

 

Vieux de 0.9 milliard d'années, on estime qu’il contenait environ 6000 étoiles à sa naissance, mais les interactions gravitationnelles et l'évolution stellaire ont depuis ramené ce nombre à un millier. La plupart de ses étoiles ont un type spectral allant du milieu du F au début du K, avec des températures de surface relativement similaires à celles du Soleil, les étoiles restantes étant de type A2, plusieurs de types O, et plus d’une centaine appartement au type B.

 

Il est le sujet de nombreuses publications semi-récentes car faisant partie des 3 amas dans le champ d’étude de Kepler, dont la mission a permis de caractériser le taux de rotation, l'âge et la distance des étoiles de l’amas afin de permettre la recherche d'exoplanètes. C’est ainsi que deux planètes (Kepler 66b et Kepler 67b) ont été découvertes en orbite autour d’étoiles semblables au Soleil (méthode de transit). Ces deux planètes sont plus petites que Neptune et sont donc à la fois les premières planètes infra-Jupitérienne et les premières planètes en transit découvertes au sein d'un amas ouvert. Étant donné que l'âge et la distance de l’amas ont été mesurés avec précision, ces deux planètes sont parmi les rares dont l'âge et la distance sont connus avec précision. Cette découverte a montré par ailleurs que des petites planètes peuvent se former et survivre dans un environnement d’amas dense, et implique que la fréquence et les propriétés des planètes dans les amas ouverts sont cohérentes avec celles des planètes des étoiles du champ dans la galaxie.

 

 

La mise en évidence du transit de Kepler 66 et de Kepler 67 

 Enfin, l'étude de NGC 6811 a par ailleurs progressé grâce aux capacités bluffantes de Kepler en astéroséïsmologie et en caractérisation métallique, qui ont permis de mettre en évidence de nombreuses étoiles pulsatiles à sa périphérie : 28 de type δ Sct, 15 de type γ Dor et 5 de types hybrides.

NGC 6811 Jean-Brice GAYET

Sources :

 

The age and distance of the Kepler open cluster NGC 6811 from an eclipsing binary, turnoff star pulsation, and giant asteroseismology.E.l. Sandquist, j. Jessen-hansen, m.d. Shetrone, k. Brogaard, s. Meibom, m. Leitner, d. Stello, h. Bruntt, v. Antoci, j.a. Orosz, f. Grundahl and s. Frandsen. Astrophys. J., 831, 11-11 (2016/November-1)

 

Spectroscopic study of the open cluster NGC 6811. J. Molenda-Zakowicz, k. Brogaard, e. Niemczura,  m. Bergemann, a. Frasca, t. Arentoft & f. Grundahl. Mon. Not. R. Astron. Soc., 445, 2446-2461 (2014/December-2)

 

The same frequency of planets inside and outside open clusters of stars. S. R. Meibom, G.Torres, F. Fressin, D. W. Latham, J. F. Rowe, D. R. Ciardi, S. T. Bryson, L. A. Rogers, C. E. Henze, K. Janes, S. A. Barnes, G. W. Marcy, H. Isaacson, D. A. Fischer, S. B. Howell, E. P. Horch, J. M. Jenkins, S. C. Schuler, J. Crepp. Nature. 499 (7456): 55–58

Page créée le 17/06/2018