NGC 6702 et NGC 6703

Nerpio, le 14 mai 2018.

 

Celestron C11 Edge HD sur Paramount ME, ATIK 4000M.

10 poses unitaires de 90 secondes en filtre L,

10 poses unitaires de 90 secondes en filtre R,

10 poses unitaires de 90 secondes en filtre G,

10 poses unitaires de 90 secondes  en filtre B.

 

Traitement intégral Pixsinght.

 

Bien que leur numérotation proche dans le catalogue NGC et leur apparente proximité dans ce champ visuel suggère qu'il s'agisse d'une paire physique, les vitesses de récession de 4727 km/s pour NGC 6702 et de 2365 km/s pour NCG 6703 révèlent qu'elles ne sont pas physiquement associées mais séparées de 30 Mpc.

 

Visuellement, elles sont suffisamment difficiles à voir pour ne pas avoir été découvertes par les Herschel, mais par d'Arrest en 1863 à l'aide d'un réfracteur de 11 pouces .

 

NGC 6702, de magnitude 12.3 de brillance de surface à 13.5, est classée en tant que galaxie elliptique (E3) tandis que 6703 est lenticulaire (S0/E), de magnitude 11.3 (brillance de surface : 13.4).

 

NGC 6703 présente un noyau assez brillant et un halo beaucoup plus faible. NGC 6702 est plus allongée et avec une extension beaucoup plus faible.

 

Dans le champ, on peut aussi voir les galaxies UGC 11357 à proximité, beaucoup plus faible , de type Sdm D de 1.148 arcmin d'angle et MCG+08-34-021, un autre objet très faible lui aussi, vu par la tranche.

NGC 6703 est à environ 26 Mpc de nous tandis que NGC 6702 semblerait être plus proche de 60 Mpc. 

 

 

Ces deux galaxies peuvent être vues avec un télescope de 20cm, bien que NGC 6702 soit difficile à trouver et nécessitera probablement une vison décalée.

NGC 6702 a été le siège d'une supernova, 2002cs, découverte par l'astronome amateur Mark Armstrong et qui semblait être de type Ia, typique d'une galaxie elliptique. 

 

Il est possible que NGC 6702 ait subi une fusion sur une échelle de temps relativement récente (2 milliards d'années), comme le montre l'étude de sa couleur et le fait qu'elle possède deux types d'amas globulaires distincts, ce qui serait également confirmé par le fait que des images profondes montrent une bande de poussière près du centre de la galaxie.

NGC 6702 est une galaxie avec LINER.

L'acronyme LINER se réfère à l'anglais Low-Ionization Nuclear Emission-line Region et qualifie un type de noyau galactique dont le spectre d'émission est caractérisé par de larges raies d'atomes faiblement ionisés — tels qu'O, O+, N+ et S+ — et des raies d'émission plus fines d'atomes fortement ionisés tels qu'O2+, Ne2+ et He+2.

Les LINER sont très répandues, représentant environ le tiers des galaxies voisines de la Voie lactée et au sein des ces LINER, environ 75 % sont des galaxies elliptiques, lenticulaires ou de type S0/a-Sab (des galaxies spirales à gros bulbe et bras spiraux resserrés), tandis qu'elles sont très rares parmi les galaxies irrégulières proches.

Les galaxies avec LINER sont aussi également fréquemment lumineuses en infrarouge (LIRG, pour luminous infrared galaxies), un type de galaxies défini par leur luminosité infrarouge qui se forme fréquemment lorsque deux galaxies se rencontrent ; environ 25 % des LIRG ont des LINER.

L'origine des LINER n'est pas clairement établie. La source d'énergie responsable de l'ionisation des gaz au cœur de ces galaxies n'est pas tranchée : pour certains chercheurs, il s'agirait de galaxies actives ayant un trou noir supermassif en leur centre, pour d'autres, les LINER correspondraient à des régions de formation stellaire. La question du mécanisme d'ionisation par excitation des atomes de gaz interstellaire demeure également ouverte : pour les uns, le gaz serait ionisé sous l'effet d'ondes de choc tandis que pour d'autres il le serait par photo-ionisation ultraviolette. Il est intéressant de noter que les LINER se trouvent dans une grande variété d'objets à la morphologie et à la luminosité fort différentes.

Sources : 

 

A. E. Georgakakis, D. A. Forbes, J. P. Brodie, « The globular cluster system of the young elliptical NGC 6702 »

 

Luis C. Ho, Alexei V. Filippenko et Wallace L. W. Sargent, « A Search for "Dwarf Seyfert Nuclei. III. Spectroscopic Parameters and Properties of the Host Galaxies », The Astrophysical Journal Supplement Series, vol. 112, no 2,? octobre 1997, p. 315-390 
 

T. M. Heckman, « An optical and radio survey of the nuclei of bright galaxies - Activity in normal galactic nuclei », Astronomy and Astrophysics, vol. 87, nos 1-2,? juillet 1980, p. 152-164 

 

Luis C. Ho, Alexei V. Filippenko et Wallace L. W. Sargent, « A Search for "Dwarf" Seyfert Nuclei. V. Demographics of Nuclear Activity in Nearby Galaxies », The Astrophysical Journal, vol. 487, no 2,? 1er octobre 1997, p. 568-578 
 

S. Veilleux, D.-C. Kim, D. B. Sanders, J. M. Mazzarella et B. T. Soifer, « Optical Spectroscopy of Luminous Infrared Galaxies. II. Analysis of the Nuclear and Long-Slit Data », Astrophysical Journal Supplement, vol. 98,? mai 1995, p. 171
 

Luis C. Ho, Alexei V. Filippenko et Wallace L. W. Sargent, « A Reevaluation of the Excitation Mechanism of LINERs », Astrophysical Journal, vol. 417,? novembre 1993, p. 63 

 

R. Terlevich et J. Melnick, « Warmers - The missing link between Starburst and Seyfert galaxies », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 213,? 15 avril 1985, p. 841-856

 

J. C. Shields, « Normal O stars in dense media generate LINERs », The Astrophysical Journal, Part 2 - Letters, vol. 399, no 1,? novembre 1992, p. L27-L30 

 

J.A. Frogel, S.E. Persson, M. Aarbnson, E.E. Becklini, K. Matthews,and G. Neugebauer " STELLAR CONTENT OF THE NUCLEI OF ELLIPTICAL GALAXIESDETERMINED FROM 2.3-4 CO BAND STRENGTHS

Page créée le 15/05/2018