Liste des objets NGC

NGC 6657

NGC 6702 et NGC 6703, une fausse paire 

NGC 6791, un amas pour tous les dater

NGC 6792, qui qui ouvre à la lecture d'une thèse

NGC 6745, une tête d'oiseau riche en amas compacts géants...

Constellation de la Lyre

La Lyre est une constellation ancienne, déjà authentifiée parmi les 48 constellations identifiées par Ptolémée. Les civilisations antiques en Moyen-Orient et en Inde y voyaient un vautour et  les astronomes grecs y voyaient une Cythare. Les cartes du ciel les plus anciennes la représentent généralement tenue dans les griffes d'un vautour. 

 

 

Uranographia

Véga (α Lyrae), dont le nom signifie « le vautour » en arabe, est l'étoile la plus brillante de la constellation de la Lyre, et la 5ème étoile la plus brillante du ciel.

 

Environ 3 fois plus grosse et plus massive que le Soleil, Véga est une étoile blanche 50 fois plus lumineuse que celui-ci. Elle est assez proche du Système solaire puisqu'elle n'est distante que de 25 années-lumière.

 

Avec une magnitude apparente très voisine de zéro (0,03), sa couleur et sa proximité en ont fait une étoile idéale pour l'observation et Véga a servi de standard pour la mesure de l'indice « B-V » des autres étoiles, qui détermine avec précision leur couleur.

 

Du fait du phénomène de précession des équinoxes, Véga prendra la place de l'actuelle étoile polaire, α Ursae Minoris dans environ 10 000 ans. C'est la position la plus extrême que le pôle puisse avoir par rapport à sa position actuelle, le lieu des pôles est un cercle dont le diamètre est sensiblement le segment Vega - α Ursae Minoris.

 

Véga forme, avec Altair (α Aquilae) et Deneb (α Cygni), l'astérisme du Triangle d'été.

Orphée, fils du roi de Thrace et d'une muse était le plus grand joueur de lyre de tous les temps. Quand il se mettait à chanter, les animaux sauvages - et même les rochers dit-on - venaient se coucher à ses pieds.

Orphée rencontra la ravissante Eurydice, l'aima et décida de l'épouser. Malheureusement le jour de leurs noces, la jeune femme fut piquée par une vipère et en mourut, laissant le doux et tendre Orphée en proie à la plus terrible des douleurs.

Incapable de se résigner à la perte de sa bien-aimée, il décida de descendre aux enfers et l'arracher à la mort.

Il alla à la rencontre du tout puissant Hadès (Pluton), maître des lieux. Orphée chanta comme jamais encore il ne l'avait fait et l'infernale divinité ne pu lui refuser de lui rendre sa belle. Il ne mit qu'une condition à son retour à la lumière : tant qu'ils chemineraient dans le royaume des morts, Orphée ne devait en aucun cas se retourner pour regarder sa femme.

L'un derrière l'autre, les jeunes époux franchirent une à une les portes des enfers. Mais alors qu'Orphée arrivait à l'air libre, il se retourna, hélas, trop tôt ! La jeune femme était encore à moitié ensevelie dans l'obscurité de la caverne. Orphée eut juste le temps d'entrevoir sa silhouette avant qu'elle ne disparaisse à jamais dans l'ombre.

Les dieux ne lui permirent pas de redescendre parmi les morts : Orphée se retira dans les montagnes où il passa ses journées à jouer de la lyre en pleurant son amour perdu. Quelques nymphes tentèrent sans succès, de le séduire.

Devant sa résistance, elles se jetèrent sur lui et le déchiquetèrent. avant de jeter ses restes dans une rivière. Les muses qui l'avaient inspiré récupérèrent ses restes et leur offrir une sépulture digne de ce nom. 

Zeus (le bélier) se chargea de la lyre qu'il accrocha au firmament. 

Page modifiée le 24/01/2019