Constellation d'Andromède

Catalogue NGC :

 

NGC 48, NGC 49 et NGC 51, trois galaxies pour le prix d'une

NGC 891

Constellation d'Andromède par Johannes Hevelius dans l'Uranographia
Constellation d'Andromède par Johannes Hevelius dans l'Uranographia

La constellation d'Andromède apparaît déjà dans l'astronomie babylonienne. Les étoiles qui composent les Poissons et la partie centrale d'Andromède ont effectivement formé une constellation représentant une déesse de fertilité, appelée Anunitum, la Dame des Cieux.

 

En anglais, Andromède est appelée « la Femme Enchaînée » ou « la Dame Enchaînée ». Elle s’appelait Mulier Catenata ("femme enchaînée") en latin, al-Mar'at al Musalsalah en arabe, Persea ("épouse de Persée") ou Cepheis ("fille de Céphée") en anglais.

 

Tous ces noms font référence à sa place dans le mythe gréco-romain de Persée, dans lequel Cassiopée, reine d'Éthiopie, se vantait que sa fille était plus belle que les Néréides, les nymphes de mer. Outrées, les nymphes ont demandé à Poséidon de punir Cassiopée pour son insolence. Il accepta et ordonna que le monstre marin Cetus attaque l'Éthiopie. Prenant peur, le roi Céphée alla consulter l'Oracle d'Ammon qui lui déclara qu'il ne pourrait sauver le royaume qu'en sacrifiant sa fille à Cetus. Elle fut donc enchaînée sur un rocher. Mais Persée put la sauver en utilisant la tête de Méduse pour changer le monstre en pierre. Algol (β Persei), "l'Étoile Démon", représente d'ailleurs la tête de Méduse.

 

Par la suite, Andromède et Persée se marièrent et le mythe raconte que le couple eu sept enfants - six fils et une fille - et fondèrent Mycènes et la dynastie des Perséides.

 

Après la mort d'Andromède, Athéna la plaça au ciel sous la forme d'une constellation pour l'honorer. Les constellations proches (Persée, Cassiopée, Cetus, et Céphée) représentent les autres personnages du mythe.

 

Andromède est l'une des constellations mentionnées par Ptolémée dans son livre du IIe siècle, l'Almageste

 

Plusieurs étoiles d'Andromède et presque toutes les étoiles du Lézard furent combinées en 1787 par l'astronome allemand Johann Bode pour former la Gloire de Frédéric (aussi appelée Freidrich's Ehre) en l'honneur de Frédéric II, mais cette désignation fut assez rapidement abandonnée.

Andromède, dessinée par Johann Elert Bode dans l'Uranographia

page créée le 21/06/2018

Modifiée le 27/01/2018