La clef du Remote c'est l'autonomisation des process d'acquisition des images. Vous pouvez faire du "remote" installé dans votre canapé avec votre smartphone et piloter un télescope en Australie, mais ce télescope pourrait tout aussi bien se trouver sur votre balcon. Qui dit remote dit en fait surtout confort d'observation.

 

Alors qu'à l'époque de la comète de Halley,  il fallait mettre ses films argentiques N&B professionnels dans un réfrigérateur (TP 2415, mon amour) en amont de sa séance de photographie pour passer 45 minutes l’œil vissé à l'oculaire réticulé, des moufles aux mains, l'astronome amateur d'aujourd'hui allume son ordinateur en même temps que sa cafetière et se connecte à internet pour :

 

  • Mettre sous tension la coupole, le télescope, la monture, la caméra CCD, la résistante chauffante, le focuser électrique et la roue à filtre,
  • Vérifier les conditions atmosphériques du site d’observation (radar de nuage, humidité, température, pression atmosphérique, poussières, luminosité (SQM), etc
  • Sortir du mode "veille" le PC de pilotage du télescope et de stockage des images,

- lancer le logiciel de pointage du ciel,

- lancer le logiciel d'acquisition d'image,

- lancer le logiciel de mise au point de la caméra,

- lancer le logiciel de rotation du train optique,

- lancer le logiciel d'autoguidage,

- écouter sa musique préférée en tache de fond

Pour beaucoup d'astronomes amateurs, le "Remote", c'est un télescope situé à l'autre bout du monde. Mais la réalité est beaucoup plus riche.

 

Comme je l'ai déjà dit ci-dessus, à Remote, on pourrait accoler le mot "confort", car du moment où l’œil n'est pas vissé à l’oculaire, d'une certaine manière, on fait du "remote", même assis à 2 m de son télescope. 

 

Le Remote mélange donc les possibilités suivantes : 

  • Télescope dans le jardin / Télescope aux antipodes
  • Télescope acheté / télescope loué
  • Télescope acheté en propre / télescope partagé
  • Télescope installé / télescope à installer
  • Télescope régler / à régler soi-même périodiquement
  • Télescope surveillé / entretenu / maintenu

 

Mais le "remote", c'est aussi par extension - parfois - juste de l'achat d'"images". Il est ainsi possible d'acheter des images "brutes" de certains observatoires et de se les "approprier" en les traitant à sa manière.


Et finalement, certaines de ces pratiques ne sont ni plus ni moins que celles des astronomes professionnels.